November 19, 2017

Les Frères Musulmans en Syrie et les organisations takfiristes

Avant-propos

La branche syrienne de la confrérie des Frères Musulmans a été fondée dans la décennie 1930 par des étudiants syriens, anciens membres de la branche égyptienne de la confrérie. Le mouvement ne se revendique pas comme un parti politique en ce qu’il considère que les partis politiques sont des rassemblements d’athées. Les FM de Syrie constituent une des forces d’opposition au régime baasiste, surtout présente dans les grandes villes du pays, qui abritent de fortes concentrations sunnites: Alep, Damas, Hama, et Homs.
Dans la décennie 1980, le mouvement engagea une lutte armée contre le régime baasiste, organisant des attentats. Frappé d’interdit, il fit l’objet d’une sévère répression notamment lors du soulèvement de Hama (1982) qui firent plusieurs milliers de morts.
En complément à cette étude, le rapport de DIA (Défense intelligence Agency, le service des renseignements de l’armée américaine traitant de la révolte de Hama sera publié ultérieurement sur ce site, en version anglaise et en version française.

Près de vingt ans après, avec l’aide d’un transfuge baasiste, l’ancien vice Président de la République Abdel Halim Khaddam, les Frères Musulmans créent à Bruxelles, le 17 mars 2006, un Front de Salut National. En 2009, au moment de la Guerre de Gaza, la confrérie conclut une trêve avec le pouvoir syrien. Mais un an plus tard, en juillet 2010, Ali sabdr ad Dine Bqyanouni, le chef de la branche syrienne depuis 1996, cède sa place à Mohammed Riyad Al Chaqfeh, qui rompt la trêve avec le régime.
Dans le contexte de la guerre civile syrienne, les Frères Musulmans de Syrie, majoritaires au départ au sein du Conseil national syrien, passent pour bénéficier du soutien combiné de la Turquie et du Qatar, par ricochet de la France.

La situation depuis 2011

Depuis le début de l’année 2011, La confrérie des Frères Musulmans a renoué avec son rêve de s’emparer du pouvoir en Syrie en opérant une mainmise sur le mouvement oppositionnel dans son ensemble tant sur le plan politique que militaire.
Cet objectif présupposait la satisfaction d’une double condition :

  • Un financement politique, facile à assurer dans leur cas.
  • Une force de frappe militaire, objectif plus difficile à atteindre, mais qui se fera néanmoins via des arrangements avec des organisations militaires, y compris les formations takfiristes et Al Qaida.

(Note du traducteur : Les takfiri (du mot arabe تكفيري, de Takfir wal Hijra (arabe : تكفير والهجرة, Anathème et Exil, est un groupe fondé en 1971.Les takfiristes est un courant de pensée exclusiviste adeptes d’une idéologie violente. Le terme « takfiri » signifie littéralement « excommunication ». Les takfiristes considèrent les musulmans ne partageant pas leur point de vue comme étant des apostats et donc des cibles légitimes pour leurs attaques. Leur idéologie exige la négation (par exportation, conversion ou élimination الإسلام أو القتل أو النفي ) des non-musulmans.

Table des matièresI – Le régime syrien déblaie la voie : De la main tendue au poing ferméII – Sur le chemin de l’armementIII – Les bataillons de la confrérieIV – Les relations entre les Frères Musulmans et Al Qaida et les organisations sœursV – L’instrumentalisation de l’opposition politiqueVI – Recension des opérations conjointes entre des formations relevant de la mouvance des FM syriens et les formations djihadistes takfiristesVII – Liste des opérations conjointes impliquant Jobhat An Nosra, des bataillons du Front Islamique, des Frères Musulmans et de l’Armée Syrienne Libre (ASL)
Table des matières

Avant-propos

I – Le régime syrien déblaie la voie : De la main tendue au poing fermé

  • A – L’intercession du Cheikh Youssef Al-Qaradawi, du Hamas et de Recep Teyyeb Erdogan
  • B – Changement d’attitude à la chute du régime en Irak: La Syrie, lieu de passage et non d’établissement
  • C – Liste des prisonniers libérés

II – Sur le chemin de l’armement

  • A – Le mode opératoire des Frères musulmans en Syrie
  • B – La jonction avec Da’ech
  • C – Des  exemples de coopération entre les Frères Musulmans avec d’autres formations

III – Les bataillons de la confrérie

  • A – Liste des formations bénéficiant du soutien de la Confrérie en Syrie
  • B – Coordination avec les services turcs pour la mise sur pied de la brigade de l’Unification (Liwa at Tawhid).

IV – Les relations entre les Frères Musulmans et Al Qaida et les organisations sœurs

  • A – Rencontre tripartite FMM de Syrie-Da’ech et les services de renseignements militaires de Turquie
  • B – Le gendre de Chaker Absi, Chef du Fatah al Islam, ministre de la défense du gouvernement de coalition

V – L’instrumentalisation de l’opposition politique

  • A – Les FM de Syrie font face à un dilemme

VI – Recension des opérations conjointes entre des formations relevant de la mouvance des FM syriens et les formations djihadistes takfiristes :

  • A – La liste des organisations fondatrices du « Front Islamique »
  • B – Les bataillons relevant de la mouvance des FM syriens

VII – Liste des opérations conjointes impliquant Jobhat An Nosra, des bataillons du Front Islamique, des Frères Musulmans et de l’Armée Syrienne Libre (ASL)

  • La recension porte sur quarante opérations en trois ans, confortée par des documents audiovisuels. Soit en moyenne trois opérations en moyenne par mois, y compris la constitution de PC opérationnel conjoint. Un taux qui confirme la forte proximité de Jobhat an Nosra avec les Frères Musulmans de Syrie, quoi qu’ils s’en défendent, et l’Armée Syrienne Libre, laquelle, soulignons-le, est l’interlocutrice attitrée du bloc atlantiste.

 

Haytham Manna
  • Président de l’Institut scandinave des droits de l’homme, opposant syrien notoire en exil en France depuis 35 ans, il s’est toujours opposé avec force à toute intervention étrangère dans son pays et prône un règlement politique de la situation en Syrie. Co Fondateur de la Commission arabe des droits humains, président du Bureau international des ONG humanitaires, Haytham Manna siège au comité directeur d’une dizaine d’ONG des droits de l’homme, et est titulaire de plusieurs distinctions honorifiques dans ce domaine : la Medal of Human Rights-National Academy of Sciences-Washington (1996), le Human Rights Watch (1992) et le prix Shamlan pour les droits de l’homme (2010). Manna est le coordinateur adjoint du Comité de coordination nationale pour le changement démocratique en Syrie (CCNCD, l’opposition syrienne non armée composée des partis du centre et de la gauche et constituée de personnalités de la société civile). Il a étudié la médecine, l’anthropologie et le droit international et est auteur d’une quarantaine de livres en arabe, en français et en anglais, notamment The Short Universal Encyclopedia of Human Rights.
Adaptation française de René Naba
  • Écrivain et journaliste, en charge de la coordination éditoriale de Madaniya.info, site civique et citoyen qui se propose d’être le rendez-vous de tous les démocrates.
  • Etude interne du SIHR préparé par Haytham Manna
  • Adaptation française : René Naba
No Favorites Has Been Added!